vendredi 16 janvier 2015

Rak ken brav eo goulou ar c'huzeol

Texte en breton lu à la messe d'enterrement de mon père, par Michèle Bleuzen


Skeudenn ar bugaleaj o paouez

Gourvezhet ba' "Park ar Bleizi", kichen Kerzeleg 
O virout ar saout en ur chaokad geotenn
Flouret ma zremm gant dousker an heol Breizh
Klevout a ren, e pellder, mouezhiou tantined Katrin ha Louiz
O chikanañ Toñtoñ Job, diwezhat evel boazh da vont d'ar ger en dro da goanian.

A benn disul ni yay hon holl da speied da vriata ma zud
A ma c'hoarezed, plach'ed ar vourc'h n'anavezañ

A benn disul ni yay hon holl da Speied, da vriata ma zud
Ha ma c'hoarezed, plac'hed ar vourc'h n'anavezañ ket 
Met mall a vo ganin dont en dro, war zroad dre an heñchou
rak ken brav eo goulou ar c'huzheol
War pennou-ed Kerbinen, Kerniou ha Kerzeleg

Bro ma bugaleaj, kavell ma spiou
Ma sech'ed evit sevenadur ha dremwelliou
Sonj bev o vagañ daviken ma ene, sioulet...


Roger, Michel et Anne Bleuzen, neveu et nièces de François Castel
__________

TRADUCTION

Un cliché de l'enfance en ponctuation...

Allongé dans "le champ des loups" près de Kerzellec
Gardant les vaches en mâchonnant un brin d'herbe,
Mon visage caressé par le doux soleil breton
J'entendais au loin les voix des tantes Catherine et Louise
Chahutant le Tonton Job, toujours trop long à rentrer pour le dîner. 

Dimanche nous irons tous à Spézet, embrasser mes parents
Et mes sœurs, ces filles du bourg que je connais si peu encore,
Mais j'aurais hâte de rentrer à pied par les chemins,
Car elle est si belle la lumière rasante du soleil couchant
Sur les blés de Kerbinen, Kerniou et Kerzellec

Pays de mon enfance, berceau de mes espoirs,
De ma soif de cultures et d'horizons
Souvenir vivace nourrissant à jamais mon âme apaisée...




Libérons les "Charlie" !

Avant de commencer ce coup de gueule, je m'incline devant la mémoire des 17 êtres humains lâchement assassinés en France entre le 7 et le 9 janvier 2015


IN MEMORIAM

Tués le 7 janvier 2015 :

Stéphane Charbonnier alias Charb, 
Cabu, 
Georges Wolinski ,
Tignous
Honoré
Bernard Maris
Mustapha Ourrad,
Elsa Cayat
Frédéric Boisseau,
Michel Renaud 
Franck Brinsolaro
Ahmed Merabet,

Tuée le 8 janvier 2015 :

Clarissa Jean-Philippe

Tués le 9 janvier 2015 : 

Yoav Hattab, 
Philippe Braham, 
Yohan Cohen, 
François-Michel Saada 



Notre devoir est de ne pas oublier leurs noms car ils sont morts assassinés par une barbarie aveugle ...


et pourtant aucun d'eux ne s'appelait Charlie !
__________

Quand les vautours et les vampires se donnent rendez-vous à Paris 

Je n'évoquerai pas ici l'événement en lui même, son déroulement, ses zones d'ombres et les interrogations qui apparaissent dans la gestion de la crise jusqu'à son dénouement. Je m'attache ici a une simple mais indignée observation de la façon dont le peuple de France s'est vu dépossédé de son émotion pour être instrumentalisé par le pouvoir.


J+7, le bilan...

- Voilà une semaine que la France a été frappée en son coeur, par un nouvel acte de barbarie sanglant, et réalisé "au nom de l'Islam". 
- Voilà une semaine que le gouvernement nous impose le dogmatique "Je suis Charlie", au nom de la Liberté d'expression.
- Voilà une semaine que rodent d'un côté une islamophobie stupide et de l'autre un censure inquiétante, au nom de la sécurité publique.

Car voilà une semaine que le terrorisme de la Pensée Unique s'est emparé de l'émotion sincère et légitime de millions de personnes, l'utilisant comme un Cheval de Troie pour nous soumettre une vision sociétale manichéenne qui relève d'une hallucination collective orchestrée par un pouvoir orwellien.

J'ai attendu que passe l'émotion pour regarder les faits et essayer de comprendre leurs conséquences sociétales, et j'avoue aujourd'hui avoir été le témoin impuissant d'un formidable détournement de l'émotion d'un peuple au profit d'un marketing médiatico-politique abject car servant les intérêts militaro-industriels criminels justement responsables de la montée des haines communautaristes et du terrorisme pseudo islamiste.

L'émotion spontanée...

L'acte de guerre dirigé contre ces journalistes est un acte barbare et injustifiable par quiconque, et ce quelle que soit la ligne éditoriale tenue par le média attaqué. C'est un crime.

J'éprouve un profond respect et même je l'écris en conscience, une admiration pour tous ces êtres humains, qui ont spontanément quitté leurs foyers, leurs lieux de travail pour se regrouper et supporter ensemble ce choc émotionnel, dans les rues froides de leurs villes et villages, l'indignation et les larmes aux bords des lèvres et des yeux . 
La France a su montrer à ce moment précis et de façon naturelle et spontanée, les qualités essentielles de l'humanité qui sont l'empathie et la solidarité.

- Que les médias relayent l'information et les réactions, quoi de plus normal, car ce sont eux qui ont été visés, mais surtout parce que c'est leur devoir d'informer. 
- Que les politiques s'associent au mouvement, quoi de plus normal, car ils sont les garants des valeurs de la vie et de la liberté qui ont été frappées par les criminels.

Jusqu'au lendemain de l'attentat, l'émotion était naturelle et libre, et son expression authentique et populaire. Mais en parcourant les médias, les premiers indices d'une récupération politique apparurent rapidement, tout d'abord par une censure de l'information. 

L'émotion contrôlée...

D'abord il y a a eu ce logo dont je reconnais la simplicité et la force : "Je suis Charlie" créé par Joachim Roncin, un franco-ukrainien de 39 ans travaillant pour la presse.

Immédiatement, l'émotion est devenue uniforme, monochrome et industrielle. Les noms des policiers, des journalistes puis plus tard des otages, non pas associés mais dissous dans celui de Charlie... 

Parallèlement les réactions étrangères des peuples et de leurs représentants exprimaient leur émotion et tous indignés, rejoignaient une France choquée et blessée. 
Les médias nationaux se sont mis a relayer toute cette solidarité internationale... ou presque toute, car étrangement dans l'émotion humaniste provoquée par ces assassinats, notre "merdiacratie" n'a pas oublié d'exercer sa censure servile.

C'est ainsi que certains hommages étrangers, comme par exemple celui de la Fédération de Russie, où, le peuple et son gouvernement ont immédiatement réagi à l'événement, ont été "oublié" par notre mainstream médiatique. 


L'émotion détournée

Après la censure par omission, le gouvernement Hollande, oubliant qu'il représente l'ensemble des français, y compris ceux qui n'ont pas voté pour lui, exclut de l'unité nationale qu'impose un tel événement les membres du Front National au motif qu'il ne sont pas un parti républicain ! 

Sans entrer dans une polémique politico-politicienne, je remarque simplement que le Front National représente aujourd'hui une part non négligeable de l’électorat français (entre 18 % aux présidentielles et 25% aux dernières élections européennes) et par conséquent est un acteur incontournable du débat politique et de sa représentativité, et j'ai tenu le même discours il y a quelques années concernant les écologistes. 

Le refus d'accueillir des opposants dans une manifestation de solidarité nationale et apolitique comme celle ci, est justement violemment contraire aux principes républicains qui paradoxalement sont appelées ici à la fois pour mobiliser les français (qui sont déjà dans la rue !) et  motiver cette interdiction partiale.
Ici le François Hollande, oubliant ses fonctions régaliennes et ses devoirs présidentiels, profite lâchement d'un choc émotionnel consensuel, pour régler sournoisement des comptes avec son opposition politique la plus virulente... 

Désormais l'expression de l'émotion est donc soumise à l'orchestration du pouvoir qui après avoir décidé comment il faut s'indigner, va définir ceux qui en ont le droit et procèder ainsi à l'exclusion de facto de 6 à 8 millions de français !

L'émotion bafouée

La protestation populaire avait besoin de fusionner en acte de communion l'émotion des vivants et le souvenir des morts. Le manifestation légitime qui a été programmée le dimanche 11 aurait pu s'inscrire dans la lignée des grands rassemblements populaires de cette Histoire de France écrite par son peuple et pour lui.  

Or, l'Histoire ne retiendra finalement de ce beau dimanche, qu'une photo de famille des maîtres occidentaux venus pérorer très loin devant le million et demi de personnes sincères mais reléguées à une figuration cautionnant leur politique mondialiste hégémonique. 
Ils étaient tous là, les représentants des Etats Unis, d'Israël, d'Arabie Saoudite, de la servile Union Européenne ou du cerbère OTAN... tous là,  les parangons des Droits de l'Homme, et de la Liberté d'expression !

video

Mais la star du moment, entre tous ces faquins et laquais du nouvel Ordre Mondial venus verser des larmes de crocodile à Paris, était sans conteste ce "Piètre" Porochenko, le satrape de Kiev qui toute honte bue, est venu rendre hommage aux martyrs du terrorisme quand sur ses ordres sont armée bombarde dans le Sud Est de l'Ukraine une population slave parce qu'elle russophone et désire le rester. 


On retiendra pour finir que ces vampires, venus aspirer le formidable élan populaire du peuple de France, en plus ne sont que de lâches bouffons, patriciens de pacotille n'ayant même pas le courage de se mêler à la plèbe républicaine. 
Leur mascarade médiatique, entre leurs paparazzis et leurs gorilles faisant la figuration, s'est en catimini dans une rue sécurisée loin de la vraie Humanité...


L'émotion instrumentalisée

Après cette infâme récupération médiatique par ceux là même qui allument des conflits meurtriers de par le monde et alimentent les réseaux terroristes qui leur échappent toujours, les jacobins néo-conservateurs serviles de France se sont lancés dans une chasse aux sorcières hallucinante.

Le 9 janvier, Nicolas Sarkozy : "La guerre a été déclarée à la France, ses institutions et la République par des barbares qui nient l'idée même de civilisation et les valeurs de l'humanisme"

Le 11 janvier, Valérie Pécresse déclare : "Il faudra bien sûr un "Patriot act" (1) à la française, une réponse ferme et globale"

Le 12 janvier,Manuel Valls, "Il faut faciliter et être plus performant sur les écoutes policières et judiciaires"

Le 13 janvier, lors d'une séance d'hommages à l'Assemblée Nationale, Christian Jacob, le chef de file des parlementaires de l'UMP a appelé à “restreindre les libertés publiques et la liberté individuelle de quelques-uns“

Voir l'article ici : O.Berruyer - Bien joué à tous 2

Mais la palme d'or de l'ignominie totalitaire revient certainement à l'égérie du service politique de France 2 qui le 12 janvier déclare :

 L'obersturmbannfuhrër Nathalie Saint Cricq
video

"C'est justement ceux qui ne sont pas "Charlie" qu'il faut repérer, ceux qui, dans certains établissements scolaires ont refusé la minute de silence, ceux qui "balancent" sur les réseaux sociaux et ceux qui ne voient pas en quoi ce combat est le leur. Eh bien ce sont eux que nous devons repérer, traiter, intégrer ou réintégrer dans la communauté nationale."

"Repérer, traiter, intégrer" dans la bouche de cette bien-pensance qui dénonce à tout bout de champ le retour du fascisme et "des heures les plus sombres de notre Histoire", c'est une moraline méphitique à la fois pathétique et effrayante !

Voir l'article de Médiapart ici : La traque est ouverte

"Comparaison n'est pas raison" cependant comment ne pas faire le parallèle entre les réactions étasuniennes après l'attentat du 11 septembre 2001 et les déclarations de nos élus au lendemain de ceux de Paris, car tant dans l'intention et jusque dans le vocabulaire sécuritaire et belliciste utilisé tout transpire le plagiat du modèle américain.

Voilà donc un Etat, fragilisé par le système et menacé par la crise qui veut profiter de ce drame pour mette en coupe réglée la totalité des citoyens français. Au nom d'une politique de sécurité qui est effectivement le devoir de tout  gouvernement nous voyons engager un atteinte aux valeurs fondamentales de notre civilisation, surveillance tous azimuts, diminution des droits de la défense, violation de la vie privée etc... 

Ces mesures exceptionnelles si elles sont légitimes en temps de (vraie) guerre sont ici très inquiétantes, principalement parce que les organismes d'Etat chargés de les appliquer :

- s'emparent de prérogatives appartenant constitutionnellement au pouvoir judiciaire qui recule.
- dépendent du gouvernement, qui peut ainsi renforcer son pouvoir politique et museler l'opposition.

Lorsque, la cupidité, la malhonnêteté, et la servilité à un pouvoir étranger liberticide dominent les décisions politiques d'un pays, un fait divers tragique comme celui-ci devient un prétexte régalien pour augmenter un totalitarisme d'Etat et une dictature de la pensée unique qui a commencé en contrôlant les médias et en égratignant de plus en plus la liberté d'expression...


Non "Charlie" n'est pas mort ! Il est même bien vivant, faux libertaire vraiment endeuillé et qui continue à jeter de l'huile sur le feu avec ses caricatures islamophobes obscènes et provocatrices.

Si la liberté d'expression est sacrée elle n'est pas liberté d'insulter et elle doit toujours refléter, selon moi toujours une réflexion respectant les codes relationnels et le respecter des opinions d'autrui. 
Car si la critique virulente et humoristique est une arme utilisée depuis toujours dans les débats contradictoires et argumentés nourrissant l'Agora républicaine, la méchanceté gratuite cherchant à blesser le coeur de l'Homme, ne reflète qu'une haine stupide qui appelle souvent contre elle sa sœur ennemie. Et il est fort à parier que les illustrations des "Survivants de Charlie" provoquent une nouvelle vague d'indignation logique au sein de la communauté musulmane.

L'inutile stigmatisation récurrente et quasi exclusive et obsessionnelle des croyances musulmanes et chrétiennes dans la ligne éditoriale de Charlie Hebdo relève plus de l'égocentrisme irresponsable d'un journal pamphlétaire, plus occupé à protéger SA liberté d'expression (très sélective, voire par exemple l'affaire Siné) que la paix républicaine et sociétale.

Quand aux  nouveaux "Charlies", traumatisés, manipulés ils sont désormais enfermés dans la prison dorée de la bien-pensance gardée par les "Charlots" qui nous gouvernent.

De la chrysalide des "Tartuffes", de nouveaux "Torquemadas" sont désormais sortis !
Erwan Castel


NOTES

(1) NOTE 1 "Patriot Act" fait référence aux dispositions légales prises par le Congrès américain après le 11 septembre 2001 (“Uniting and Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept and Obstruct Terrorism Act”)
Ces résolutions très critiquées portent principalement sur 
- Une politique de surveillance des citoyens dans leur vie privée, sur internet etc...
- La qualification d'acte terroriste pour toute intrusion sur un site internet
- La qualification de combattant illégal, et l'ouverture de centres de détentions spéciaux
- La réduction de droit de la défense, la prolongation de la détention provisoire etc...
- L'augmentation des pouvoirs et prérogatives des agences gouvernementales (FBI, NSA CIA...)
- La saisie des fichiers des bibliothèques, centres culturels etc...


__________

D'autres articles et information sur l'événement :
- Sur le Site d'Olivier Berruyer "LES CRISES.FR" le lien ici : Les Crises.fr # Charlie Hebdo

jeudi 8 janvier 2015

Quand la censure entache la dignité

LA RUSSIE, POUR LA LIBERTÉ  ET CONTRE LA BARBARIE... 

Le Président Poutine, assistant ce 7 janvier 2015 à la messe de Noël orthodoxe, à l'église de l'Intercession de la Sainte Vierge dans le village de Otradnoye à la périphérie de Voronezh. 
Charlie Hebdo a été frappé sauvagement hier, et bien que n'étant pas un fan de ce journal pamphlétaire que je considérais souvent haineux et provocateur, mais je suis comme beaucoup sous le choc et solidaire à cet acteur médiatique qu'il faut soutenir au nom de la liberté d'expression, pilier fondamental de la Liberté. 

Depuis cet acte de guerre survenu au coeur de notre capitale française, les médias naturellement se concentrent sur l'événement, diffusant largement les réactions nationales et aussi internationales.

Toute proportion gardée, cet attentat provoque légitimement une solidarité internationale de grande ampleur marquant par delà les conflits, l'universalité de la compassion et de l'humanisme

Cependant, je suis surpris par le silence réalisé autour des réactions de la Fédération de Russie et de son Président Vladimir Poutine, qui a exprimé ses vives condoléances au peuple de France suite à l'attaque terroriste menée contre la Liberté.

Il n'est pas bien sûr dans mon intention de détourner ce choc émotionnel dans un débat politique, mais comment ne pas être indigné par cette censure russophobe persistance au coeur d'un drame humain, alors que la Russie, L'un des plus grands pays du Monde, a toujours montré une solidarité totale contre le terrorisme. 

Vladimir Poutine, doit-on le rappeler a mené une guerre totale et courageuse au terrorisme ravageant la Tchétchénie et ensanglantant la Russie par une vague d'attentats meurtriers. Vladimir Poutine a été le 1er Président étrangers a réagir après les attentats du 11 septembre 2001, puis a ouvrir des corridors aériens et terrestres pour les opérations menées en Afghanistan. 

Aujourd'hui, non seulement la Russie est solidaire de la lutte contre le terrorisme, mais elle devrait même être citée en exemple, car ses méthodes, certes parfois brutales, s'avèrent aujourd'hui les seules capables d'apporter une réponse efficace et légitime pour éradiquer ce mal absolu.

Que les journalistes occidentaux, soumis à la censure et la diabolisation étasunienne contre le président Poutine, ignorent cette solidarité du peuple russe est tout simplement honteux et indigne de leur profession.

Cette censure honteuse entache l'élan humaniste et l'unité internationale qu'impose cette épreuve par delà les tensions géopolitiques du moment.


Erwan Castel


REMARQUE COMPLÉMENTAIRE 

Ce drame va permettre, en dehors de l'indignation provoquée par l'acte terroriste lui même et l'assassinat de journalistes, de relever encore le double standard appliqué au traitement de l'information, selon de quel côté de la bien pensance se situent les criminels et les victimes... 
Le débat aujourd'hui n'est pas de juger la ligne éditoriale de Charlie Hebdo, et encore moins la logique de l'agression dont il a été la victime, car ce serait un détournement abject de l'événement à des fins politiciennes minables et haineuses...

Personnellement je n'aime en général ni le contenu, ni l'expression de cet hebdomadaire, mais je pense, sans pour autant suivre le courant populiste qu'il faut dénoncer cet acte de guerre mené sur le sol français au nom d'un totalitarisme usant du délit d'opinion, inadmissible dans nos pays civilisés.  

Par ailleurs, cela nous permettra aussi de mieux faire valoir avec force notre droit à dénoncer également les autres crimes commis au nom de la pensée unique contre la liberté d'expression, car l'assassinat n'est que le paroxysme d'une dictature de la pensée qui commence avec la censure et le mensonge.

Erwan  Castel


Sur le Site "LA VOIX DE LA RUSSIE", le lien : ICI


LES RÉACTIONS DE LA RUSSIE 





dimanche 4 janvier 2015

Un homme est parti à l'horizon !

J'ai découvert récemment que mon père était certainement le meilleur lecteur et discret de mes griffonnages lancés dans cet océan virtuel inconnu...

A l'aube de cette nouvelle année, cet homme vient de disparaître brutalement à l'horizon aussi, une fois n'est pas coutume, je vais ici entrouvrir exceptionnellement mon coeur pour essayer de lui rendre, car c'est à cet homme, mon père, que je dois cette soif de comprendre et lavolonté de faire comprendre qui me pousse à vouloir, nuit après jour, percer ici ces interminables fenêtres virtuelles dans le mur carcéral de la Pensée Unique. 

C'est souvent quand une personne disparaît au regard 
qu'elle jaillit pleinement dans le coeur !

Un Homme est parti à l'horizon comme un vieux gréement "chasse-poussé" vers l'inconnu,  par une tempête soudaine et qui déchire les voiles du retour. Il a rejoint dans l'éternité les légendes bretonnes qui ont bercé l'enfant courant dans les landes des Montagnes Noires du pays Dardoup

Un Officier est parti à l'horizon ayant toujours su se tenir, entre la pente des vulgaires honneurs et celle de l'infâme déshonneur.  Cette ligne de crête, étroite et courageuse, est celle de l'Honneur, cette voie souveraine où désormais il a rejoint la cohorte des ombres héroïques de notre Histoire qui nous laissent un exemple à suivre pour l'éternité.

Un Compagnon est parti à l'horizon, mari attentionné de toute une vie, et cette fracture impensable pour ce couple uni, fusionné par 52 années de vie commune laisse dans le coeur de sa compagne un abysse indescriptible... Danièle, tu sais aujourd'hui que François t'attend dans l'éternité, aussi, s'il te plait, prend ton temps, et laisse le préparer ainsi la table d'hôte où tous ensemble, nous festoierons un jour.

Un père est parti à l'horizon, héros de mon enfance, qui a fondé naturellement  son éducation donnée, sur l'exemple et la patience. Et la pudeur de son amour, qui a toujours respecté mes choix difficiles, a su donner de la dignité à ses hauts sentiments. 
Je remercie François Castel de m'avoir donné en héritage les valeurs de l'Histoire et de la Tradition, "ce murmure des temps anciens et du futur" comme disait Dominique Venner. Comme elle ton souvenir et ton éthique resteront éternellement dans mon coeur.

Je n'ai pas l'habitude d'exposer ainsi mes sentiments, sachez le, mais aujourd'hui si je le fais c'est pour vous dire que le corps couché devant moi restera à jamais celui d'un Homme debout avançant avec noblesse et modestie dans les soleils comme dans les orages de la destinée humaine...

A l'heure où de sombres nuages s'accumulent à notre horizon, plus que jamais ce vieux soldat engagé sur la piste des anciens nous laisse en héritage ce qu'il y a de plus important au monde : 

la Foi et l'Espérance.

Au revoir Papa,  merci pour tout ce que tu m'as offert, et que les dieux veillent sur ton repos  !


Erwan Castel

Gortoz a ran